terrasses en pierre seche auvergne agriculture respectueuse
creatifs culturels ecolos
solidarité
les valeurs de l'association
économie creative en milieu rural
respect de l'environnement
creatifs culturels auvergne
développement de micro-économie alternative
creatifs a la campagne
creatifs culturels
creatifs culturels
les valeurs de l'association
respect de l'environnement
developpement solidaire economie solidaire
les creatifs culturels
micro projet d economie solidaire Molene
Les jardins
 

> Le jardin botanique

> Les jardins à thèmes

> Une jardinière salariée

> Le site

> Les différents milieux

> Les jardins de Léotoing

Déplacez votre souris sur les miniatures à droite pour voir les photos agrandies à gauche !

Le jardin botanique

Le projet et les principes d'aménagement


Le jardin de plantes sauvages a été conçu suite aux inventaires botaniques réalisés par le Pr Maryse Tort, maître de conférence à l’Université des sciences de Clermont-Ferrand, et l’Association Digitalis (Le Puy en Velay) en 2002 (cf. publication annexée). La richesse botanique naturelle du site de Léotoing, caractéristique des zones siliceuses ensoleillées, a permis à Maryse Tort de proposer la création d’un jardin botanique dès 2004.

Ce jardin de plantes sauvages pourrait constituer une antenne du Conservatoire botanique national du Massif Central. Il serait alors placé sous la tutelle scientifique de son directeur. La conception du jardin a été confiée à l’agence Ossart et Maurières.

L’ensemble du projet est porté par l’Association des Amis de Léotoing qui se constitue maître d’ouvrage du jardin en accord avec la municipalité de Léotoing, propriétaire du site retenu pour cet aménagement. Outre la valeur intrinsèque de ce jardin, l’association désire s’en servir comme support pédagogique et culturel autour duquel peuvent se greffer marchés aux simples, stages et conférences.

Principes de base :

- mise en valeur et conservation de la flore spontanée du site
- introduction d’une flore régionale identifiée caractéristique du biotope du site
- pas d’introduction de flore exotique récente
- pas d’arrosage
- pas d’apport de substrat ou d’amendement qui pourrait modifier la nature du sol
- pas d’étiquetage spécifique
- dans la mesure du possible, pas de clôture artificielle

Accès et limites

Le jardin de plantes sauvages est accessible par un seul chemin afin d’éviter la circulation piétonnière de passage. Il est limité en crête par la lande basse (suffisamment large pour ne pas être aisément traversée), en aval par le talus naturellement enroché qui domine la route, vers le parking par la lisière haute constituant une haie. Les visiteurs empruntent le chemin en pied de talus pour découvrir la totalité de la flore.

Signalétique

Plutôt qu’un étiquetage systématique des plantes, il est préférable d’éditer une plaquette qui constituerait une petite flore des rochers siliceux ensoleillés de cette région et qui serait autant un guide pour les promenades dans la nature que celui de la découverte du jardin de Léotoing.

Le Site

L’espace retenu pour l’aménagement de ce jardin est situé autour de la chapelle des lépreux, à l’entrée du village de Léotoing. Ce site présente plusieurs attraits :
- une richesse naturelle floristique sur un espace restreint d’à peine 1000 m²
- une situation très accessible pour les visiteurs
- la présence sur site d’un monument remarquable accueillant une exposition permanente (« La citadelle d’Alagnon ») que l’aménagement d’un jardin contribue à mettre en valeur
- la présence sur site d’une table d’orientation permettant de repérer clairement Léotoing (et sa flore) dans la région.

Les différents milieux

La lande basse est essentiellement composée de genêts (genêt purgatif, genêt poilu et genêt sagitté). Afin de varier la végétation, peuvent être introduits les deux sous-espèces de Sedum telephium et Rosa rubiginosa.

Dans la pelouse sèche, on prendra soin de conserver en abondance la petite fétuque d’Auvergne (Fetuca arvensis) et d’implanter des œillets (Dianthus armeria et D. carthusianorum), des hélianthèmes (H. apenninum et H. nummularium), Armeria arenaria, Anarrhinum bellidifolium, des jasiones et des carlines acaules.

La flore des rochers peut être enrichie de Saponaria ocymoïdes, Saxifraga continentalis, Campanula patula , Allium sphaerocephalon et joubarbes.

Dans les éboulis, il faut trouver la linaire rampante, le muflier et le laser.

La lisière est constituée d’arbustes variés comme les cognassiers, néfliers, fusains, sorbiers, jasmins, rosiers (Rosa rubiginosa) et autres aubépines.

Sont associées des fleurs herbacées : la mauve musquée, la campanule à feuille de pêcher, l’hellébore foetide ou le lis de Saint-Bernard (Anthericum liliago).

Les terrasses des vignes accueillent une flore parfois exotique mais naturalisée depuis longtemps dans la région comme les iris (Iris germanica), le phytolacca voire certains opuntias. D’autres végétaux spontanés sont associés à la culture de la vigne : le fenouil, l’ail des vignes, le Bupleurum baldense et l’armoise blanche, rare sous nos latitudes.

Enfin, la parcelle de blé est prétexte à la redécouverte des adventices que des désherbants sélectifs ont décimés : bleuets, adonis, nielle, etc...

Sectorisation du jardin

Le jardin est sectorisé en fonction du relief, de l’exposition et des sols naturels.
Ainsi 7 secteurs sont définis :
-une lande basse
- une pelouse sèche
-une zone de rochers
-un éboulis
-une lisière
- des terrasses de vigne
-une parcelle de céréales

Voir le plan du Jardin

Une jardinière salariée

Grâce au financement du FSE 10b, Fonds Sociaux Européens gérés par le CREDIS (Collectif Régional pour le Développement des Initiatives Solidaires) www.credis.org , nous avons pu engager une jardinière pendant deux ans  à raison de 113heures par mois au service de la Collectivité pour :
- la création et l’entretien du jardin botanique
- l’entretien des terrasses en écailles
- l’entretien du verger expérimental des griottiers greffés par les Pépinières Delbard à Malicorne (Allier)
- des recherches documentaires sur les jardins
- la constitution d’un herbier
- l’accueil des visiteurs


Les jardins de Léotoing

Notre engagement pour le développement durable  nous conduits, aujourd’hui, à la création de jardins à thèmes sur l’histoire des plantes et des hommes.
Un partenariat avec le Conservatoire Botanique National du Massif central pour la partie scientifique et le CEPA Conservatoire des espaces et Paysages d’Auvergne pour l’appui technique est en cours d’élaboration dans le but de créer un site de préservation, et d’observation de la flore de la vallée de l’Alagnon ainsi  qu’un lieu de découverte pédagogique tout public.

www.cbnmc.fr

www.cen-auvergne.fr

Molene Fleurs de sedum fenouil Sedum Basilique Campanule Achilée Pervenche Gaillet Sedum Fraisier Armeria Arenaria Les semis de céréales les rochers ensoleillés Pascale Bonnet, jardiniere faisant les semis
 

Notre association met en valeur les patrimoines de la commune Léotoing grâce à de nombreux projets de conservation du patrimoine naturel, de valorisation de la biodiversité végétale et de développement de l'éco-tourisme.